Bianca

Du haut de la colline, Bianca voit tout le hameau. Les toits rouges et oranges, les murs de pierres.

Le sentier qui serpente, celui où elle a glissé pour monter jusqu’à son rocher. Elle voit la maison de Jeanne, celle de Luce et Henri, elle voit sa maison, une partie, cachée par les trois tilleuls et le grand chêne.

Elle voit la source près de l’église.

Elle s’appelle Blanche-Bianca parce que sa mère aimait trop la neige. Elles aimaient toutes les deux monter aux sommets par le téléphérique et boire du thé au citron ou du chocolat chaud dans le restaurant, la  « Taverne des cîmes » Elles voyaient les skieurs poser leurs attirails, secouer leurs bonnets et leurs gants, et s’assoir au chaud, le nez et les joues rouges.

Parfois c’était la tempête de neige qui arrivait.

Le brouillard ne prenait pas longtemps pour envahir tout, et un épais coton les entourait. Il fallait vite redescendre.

Elle a souvent rêvé de ces descentes dans la neige, à ski ou à pied. Aujourd’hui elle est assise sur le rocher, Bianca. Elle regarde le hameau des Lizards, ce petit coin où elle a sa vie.

Elle ne sait plus quel est son âge, elle ne sait plus aujourd’hui.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s