Fragmentations fragments

C’est comme je ne sais pas ce que

J’attends de moi est indéfiniment moi et parfois

C’est long et courtois cet amour de ce qui me va et lente est la révérence du sol au plafond elle s’élance

Pour me saisir il faut plus que deux mains il faut ces je ne sais ce qui viendra

J’ai peur de ce qui expire j’ai peur de ce qui me trouble ce trouble est embarrassant comme un grand diamant il est mon autre existence celle qui revient de loin et prend tout ce qui me rend

Inaccessible inaccessible inaccessible comme un grand accident

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s