Coeur mouillé n’a pas d’ombrelle

La main errante ne dit rien et soulève

Cette brève possibilité entre les deux seins

La main battante entre le linge plié en boule qui attend l’eau nouvelle

Aux lavoirs que nous sommes où sont nos mains ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s